Le Cameroun - son histoire

Le nom de Cameroun vient du portugais Rios dos Camaroes signifiant «rivière aux crevettes» en raison de l’abondance de ces crustacées dans l'estuaire du Wouri, qui a valu à ce fleuve cette appellation. Le mot Camaroes aurait ensuite évolué en Camarones en portugais, puis Kamerun sous la colonisation allemande, enfin en Cameroon (en anglais) et Cameroun (en français).

Des peuples bantous se seraient installés dans l'ouest du territoire de l'actuel Cameroun dès le Ier millénaire avant notre ère: les Tikars, les Bamouns et les Bamilékés. Le premier État connu dans la région semble avoir été est celui du Kanem, qui se développa autour du lac Tchad à partir du IXe siècle. Le Kanem devint musulman au XIe siècle et atteignit son apogée à la fin du XVIe et au XVIIe siècle; il imposa sa souveraineté à la majeure partie du territoire camerounais. Cependant, il se heurta à la résistance des peuples et des petits royaumes camerounais, notamment les royaumes des Kotoko et des Mandara.

Les côtes camerounaises furent explorées en 1471 par le Portugais Fernando Póo. C'est lui qui baptisa l'estuaire du Wouri le Rio dos Camarões («rivière des crevettes») qui, par déformation, donna naissance au mot Cameroun. Les Européens, qui faisaient du commerce avec les populations locales pour se procurer de l'ivoire, des bois précieux et des esclaves, ne créèrent des établissements commerciaux qu'au XVIIe siècle. Le commerce fut d'abord contrôlé par les Hollandais, puis il devint essentiellement britannique jusqu'à l'arrivée de négociants allemands à partir de 1868. Au XVIIe siècle, les Doualas étaient alors bien établis sur le littoral; au nord, les pasteurs peuls constituaient à cette époque des chefferies indépendantes, après avoir refoulé les Kirdi et les Massa.

À partir de 1845, des missionnaires de la Baptist Missionary Society de Londres s'Installèrent sur le littoral camerounais. Ils y exercèrent des activités d'évangélisation et utilisèrent le douala comme langue véhiculaire. Sous l'initiative d'Alfred Saker, les missionnaires entreprirent la traduction de la Bible en douala et normalisèrent son orthographe. Cette oeuvre, certainement remarquable, marqua le début de la formation et de l'éducation dans une langue camerounaise et influencera la démarche des autres missionnaires de l'époque coloniale. Le douala devint une langue de travail, à l'exclusion des autres langues camerounaises. En même temps, naissait une autre langue sur la côte camerounaise: le pidgin English, qui s'était structuré sur une base d'anglais. Graduellement, les négociations et les transactions commerciales se firent en pidgin English. Même les pétitions officielles auprès de la Grande-Bretagne ou de l'Allemagne furent rédigées en pidgin English.

Retour

AFCIH - © 2015 Tous droits réservés